• sensibilisation au Lycée de Nay

    Ce jeudi 25 avril 2013, nous nous sommes rendus, sous ce beau soleil du mois de Mai, au Lycée de Nay pour une sensibilisation au handicap.

    A l’initiative d’une lycéenne, cette action a aussi réuni l’association des non et mal voyants.

    De nombreux lycéens volontaires ont réalisé le parcours semé d’embûches : boîte aux lettres situer en hauteur, utiliser le distributeur de billets ainsi que le parcmètre, passer sur les racines des arbres…

    Sous les conseils des bénévoles de l’APF présents, les lycéens ont pu se rendre compte des difficultés rencontrées au quotidien : l’une d’entre elles a été le ressaut pour accéder à la rampe.

    Ci-joint, vous trouverez les photos de cette journée ensoleillée.

    Marion

    Volontaire Service Civique

     

     

  • N'écoutez pas les lobbies !!!

     

     Sans titre 1.jpg

     

     

     

     

    N’écoutez pas les lobbies et dites OUI à l’accessibilité !

    www.necoutezpasleslobbies.org

     

     

     

    Alors que plusieurs rapports remettent en cause l’obligation de mise en accessibilité de la France et son délai du 1er janvier 2015, la campagne « N’écoutez pas les lobbies ! » vient tordre le cou aux idées fausses véhiculées par les détracteurs de l’accessibilité pour montrer que rendre accessible, c’est tout à fait possible !

    Après 38 ans d’attente, et deux lois sur l’accessibilité depuis 1975, les lobbies « anti-accessibilité » tentent encore d’imposer une pensée unique sur le coût des travaux, l’incohérence des normes et parfois l’inutilité de rendre accessible. Pire, selon certains d’entre eux, rendre accessible serait une démarche « intégriste ». Ces arguments sont utilisés pour justifier leur attentisme et/ou leur volonté de déroger à la règle en la matière! Et les pouvoirs publics et administrations centrales semblent être réceptifs à ces messages, voire les reprennent à leur compte.

    Pourtant, de nombreux commerçants, médecins, architectes et maires… ont rendu leur établissement accessible, avant l’échéance de 2015, et en ont récolté de nombreux bénéfices !

    Il est temps de dire NON à la pensée unique et OUI à l’accessibilité : n’écoutez pas les lobbies !

     

    > « On m’a dit que ce n’était pas possible… »

    À moins de 2 ans de l’échéance de la loi handicap de février 2005, la publication de plusieurs rapports : le rapport Campion dont la mesure principale est un report déguisé de cette échéance, ou encore le rapport sur la simplification des normes qui vise l’accessibilité et ses normes jugées « excessives » remettent en cause le principe d’accès à tout pour tous !

    L’argument massue « de toute façon, c’est impossible », renforcé par le contexte de grave crise économique, est aujourd’hui utilisé par les détracteurs de l’accessibilité pour justifier leur immobilisme et les reculs.

    Alors que 91% de la population considère que l'accessibilité est un enjeu de société qui concerne tout le monde et sur lequel il faut investir, il temps d’en finir avec les discours dissuasifs et d’entendre les témoignages de ceux qui ont rendu un lieu accessible et qui en sont fiers !

     

     

    > « … mais je l’ai fait ! »

    Ainsi, le site www.necoutezpasleslobbies.org présente des témoignages, recueillis partout en France de professionnels de tous secteurs et d’élus, qui expliquent comment ils ont réussi à rendre accessible leur commerce, leur hôtel, leur cabinet médical, un bâtiment de leur commune… malgré les discours dissuasifs des organisations nationales auxquelles ils appartiennent.

    L’accessibilité c’est possible et ce sont eux qui le disent !

    Le site Internet permet également de signer une pétition pour dire OUI à l’accessibilité et de découvrir les propos les plus honteux des lobbies concernant l’accessibilité.

    Cette campagne, lancée le 22 avril, sera diffusée principalement sur le Web grâce à cinq vidéos mettant en scène des professionnels ayant rendu un lieu accessible, des bannières Web et une pétition à signer en ligne. Des annonces presse seront également diffusées en presse quotidienne nationale (Métro, Direct Matin, Libération, Le Monde, Le Parisien…) et en presse magazine (Le Nouvel Observateur, Challenges, le Nouvel Économiste...) à partir du 22 avril.

     

     

    > Pour découvrir la campagne : www.necoutezpasleslobbies.org

     

     

  • Alain Rochon, nouveau président de l’APF

    2925242316.jpg

    Alain Rochon a été élu à la présidence de l’Association des paralysés de France (APF) lors du Conseil d’administration de l’association samedi 13 avril 2013. Une élection qui fait suite à la décision de Jean-Marie Barbier de cesser d’assurer la présidence de l’association.

    Âgé de 65 ans, Alain Rochon occupait jusqu’à présent les fonctions de vice-président de l’APF.

    Alain Rochon a déclaré s’inscrire dans la continuité de l’action menée par l’APF et notamment dans  la mise en œuvre de son projet associatif « Bouger les lignes ! Pour une société inclusive », dont il a été co-rédacteur.

    L’APF tient à exprimer toute sa reconnaissance à Jean-Marie Barbier pour son engagement et son militantisme durant ses 6 années de présidence, qui ont permis la concrétisation de nombreux projets.

     

    Pour télécharger le communiqué de presse complet, cliquez ici.

  • Handioasis

    Handioasis, maison d'hôtes equipée pour personne à mobilité reduite / Adapted and equipped guesthouse for disabled people at the gates of Marrakech

    LOGO-HANDIOASIS.34.jpg

  • Sortie au Salon Autonomic

     

     

    SALON AUTONOMIC

    9h03, tout le monde est là et à l’heure, nous quittons Pau direction Toulouse.

    Annoncé comme « la référence des acteurs du handicap, de la dépendance et de l’accessibilité »,  l’APF s’est rendu au Salon Autonomic 2013 le jeudi 28 mars.

    De nombreuses personnes étaient présentes : des familles avec leurs enfants, des jeunes et des moins jeunes, des professionnels…toutes personnes curieuses de découvrir les dernières nouveautés.

    Ce salon était encadré par des lycéens toujours disponibles à nous renseigner !

    Nous avons pu y découvrir les dernières technologies en matière de domotique, d’aménagements intérieurs (salle de bain, cuisine…), de véhicules, de fauteuils… Une librairie et des démonstrations de sport ou de chants apportaient une touche de culture à cet évènement. Ci-joint, quelques photos pour vous plonger dans l’ambiance du salon.

    Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, nous avons quitté Toulouse, son salon, son église et son stade pour retrouver notre Béarn !  

     

    Sans titre 1.jpg

     

  • Recherche accompagnateur

    Etant handicapé moteur (tétraplégique), je cherche une personne de 20 à 50 ans afin de m'aider à ma coucher le soir et aussi à aller me baigner lors de mes vacances à Hendaye plage (village vacances le Bella Vista).

    Ce séjour aura lieu du samedi 6/07/2013 au samedi 20/07/2013.

    L'hébergement en pension complète est à mes frais, je suis à Pau, les frais de transport seront également à ma charge.

    Il n'y a pas de rémunération, pour toute info supplémentaire, voici mes coordonnées :

    05 59 84 86 08 / 06 32 72 91 89

    ray-ben@hotmail.fr

    photo-vacances.jpg

  • « Faut-il légaliser le cannabis thérapeutique ? »

     

    Sans titre 1.jpg « Faut-il légaliser le cannabis thérapeutique ? »

     

    Le dossier du mois d’avril du magazine Faire Face

     

     Le magazine Faire Face consacre son dossier d’avril à la question de la dépénalisation du cannabis à usage thérapeutique. En effet, malgré l’interdiction de consommation en vigueur en France, de nombreuses personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies chroniques ou évolutives bravent la loi afin de soulager leurs douleurs. Ainsi, le magazine Faire Face retrace les récentes prises de position d’hommes et de femmes politiques en faveur de la légalisation du cannabis thérapeutique et les cas de procès et de condamnations d’utilisateurs handicapés relayés régulièrement par la presse.  Il fait aussi le point sur les essais cliniques réalisés ces dernières années, dont certains ont prouvé l’intérêt médical du cannabis dans certaines indications. Une interview croisée d’un professeur en pharmacologie et d’un médecin psychiatre présente les arguments des opposants et de ceux qui sont favorables à la légalisation du cannabis thérapeutique. Des témoignages de personnes en situation de handicap consommatrices de cannabis dans un but thérapeutique viennent compléter ce dossier.

    • Handicapés et hors-la-loi

     Aujourd’hui, des centaines de personnes malades ou en situation de handicap consomment du cannabis dans un but thérapeutique. La presse relaye régulièrement des cas de personnes condamnées pour usage de stupéfiants dans un but médical. Le Marinol, seul médicament dérivé du cannabis autorisé en France est difficilement accessible, seule une centaine de personnes par an ont l’autorisation de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) de l’utiliser.

     Quelques hommes et femmes politiques se sont déclarés en faveur de la dépénalisation du cannabis thérapeutique : Daniel Vaillant, Vincent Peillon ou Cécile Duflot. Pourtant, le chef de l’Etat ne semble pas prêt à légaliser le cannabis, même pour raisons thérapeutiques, a-t-il précisé en octobre dernier.

    • Que retenir des essais cliniques ? 

     Depuis une vingtaine d’années, les recherches concernant le potentiel thérapeutique du cannabis se sont multipliées. Certaines permettant de prouver son efficacité notamment pour la réduction des nausées sévères et des vomissements liés aux chimiothérapies et radiothérapies anticancéreuses ainsi que pour la diminution de la spasticité chez les personnes atteintes de sclérose en plaques, d’autres soulignant les risques qu’il entraîne. Un quart des utilisateurs constatent des effets secondaires gênants du type somnolence, anxiété ou difficultés de concentration.

    • Le "cannabis-médicament" est-il envisageable en France ?

      Jean Constentin, professeur de pharmacologie, président du Centre national de prévention, d’études et de recherche en toxicomanie (CNPERT) et Alain Rigaud, médecin, psychiatre, président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa) opposent leurs arguments dans le cadre d’une interview croisée sur l’utilisation du cannabis en tant que médicament.

    • Quand le cannabis soulage

      Six personnes souffrant d’un handicap, d’une maladie chronique ou évolutive apportent leurs témoignages sur leur utilisation du cannabis dans un but thérapeutique.

     Ainsi, grâce au cannabis, Hervé[1] a pu soulager ses douleurs musculaires, Claudine1 a réussi à gérer les effets secondaires de sa chimiothérapie et Stéphan1 et Damien1, atteints de sclérose en plaques, ont mieux supporté leurs douleurs. Une association de patients consommateurs de cannabis et militants pour une dépénalisation à usage thérapeutique a d’ailleurs vu le jour.

     Le magazine est disponible :

    -            Au numéro, au prix de 4,80 € (frais de port compris) à :

    Faire Face, 17 bd Auguste Blanqui, 75013 Paris

    -            Sur abonnement : www.apf.asso.fr

     Plus d’infos sur Faire Face : www.faire-face.fr